BULLETIN DE L’HÔPITAL LACOR – AUTOMNE 2022

Où que l’on vive, l’aube illumine et colore le ciel. La Terre offre généreusement un nouveau jour et un renouveau d’espoir à toutes les formes de vie depuis plus de quatre milliards d’années. Chaque nouveau jour livre la possibilité de tirer des leçons de la nature et de la science, et de transmettre ces connaissances à la génération suivante. 

Au Lacor, tous tentent de faire mieux pour protéger notre planète bien-aimée en réduisant l’impact de l’Hôpital sur l’environnement. 

Ce numéro présente les mesures que prend le Lacor pour assurer un avenir environnemental meilleur tout en prodiguant efficacement des soins aux patients. Le réseau électrique et l’énergie solaire alimentent l’Hôpital, tandis que l’abondance de plantes et les citernes permettent de gérer un écosystème hospitalier complexe. Alors que les infrastructures et les services nationaux sont souvent manquants ou inadéquats, de nombreux systèmes opérationnels de l’Hôpital sont « artisanaux ». Tout découle des compétences du service technique du Lacor, dirigé durant de nombreuses années par le très regretté frère Elio Croce. 

Bien que la mission de l’Hôpital Lacor soit axée sur la santé, la protection de l’environnement doit être un pilier fondamental de son approche aux soins. Tout comme le Lacor prend soin de ses patients et de son environnement local, les donateurs du monde entier se soucient du bien-être de l’Hôpital et de son personnel. C’est un magnifique échange où l’on s’apprécie les uns les autres. 

Nous vous souhaitons un automne heureux et généreux, illuminé et coloré. 

L’équipe Teasdale-Corti 



Propre et renouvelable, l’énergie solaire est relativement facile et abordable à exploiter grâce aux technologies d’aujourd’hui. En Ouganda, les rayons solaires sont intenses et constants toute l’année : Le pays se classe au 77e rang mondial quant au potentiel photovoltaïque. La région du nord, où se trouve l’Hôpital, est aussi la plus prometteuse au pays. Le Lacor a su profiter de la disponibilité des ressources solaires en installant progressivement des modules photovoltaïques et des panneaux solaires thermiques pour produire de l’électricité et chauffer l’eau. 

Des modules photovoltaïques sont installés sur les toits de cinq bâtiments (services hospitaliers et campus universitaire) pour une puissance totale installée de 315 kW et une surface totale d’environ 1 500 m2. En milieu de journée, les modules répondent entièrement aux besoins en électricité de l’Hôpital, tandis que le matin et le soir la production doit être intégrée à l’énergie provenant du réseau électrique national. On estime que les modules photovoltaïques couvrent 30 % de l’énergie électrique nécessaire à l’Hôpital chaque année. 

Des panneaux solaires thermiques, qui chauffent l’eau à environ 70/80° C, sont installés sur les toits d’une vingtaine de bâtiments. Ces systèmes permettent l’utilisation de l’eau chaude même le soir, et ils sont principalement réservés à la production d’eau chaude à des fins sanitaires dans les résidences des invités et des médecins, couvrant tous leurs besoins. 

Une petite centrale chauffe la pouponnière de 15 à 20 lits, où sont hospitalisés les bébés prématurés. Un radiateur est alimenté par des serpentins d’eau chauffée par des panneaux solaires. Enfin, la plus grande installation sert pour l’eau de la buanderie principale, où environ 300 kg de lingerie sont lavés chaque jour à une température de 60 à 90° C. On estime que le système permet d’économiser jusqu’à 70 % des coûts d’électricité. 

Grâce aux compétences des employés du Lacor et à la volonté de ses dirigeants de trouver des ressources écologiques, l’Hôpital peut réduire ses dépenses et être plus autonome sur le plan énergétique. 



La dégradation des terres est un problème critique en Ouganda. Les cultures extensives, la déforestation pour produire du charbon et du bois de chauffage, et l’utilisation de pesticides et d’herbicides chimiques sont des facteurs de risque pour l’écosystème. Dans un de ses rapports, la Banque mondiale estime que 41 % des terres ougandaises se sont dégradées. En réaction à cela, l’Hôpital Lacor encourage l’utilisation d’une agriculture durable. 

Le projet Nutrition et Agriculture favorisé par la Fondation Riva a été mis en place au Lacor en 2017 afin de fournir des aliments frais de qualité, produits sur place. Le Lacor a créé un potager de quatre hectares bordant le mur d’enceinte. Le jardin permet de nourrir les patients et invités de l’Hôpital. Différentes cultures sont plantées, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur des serres non chauffées, notamment des tomates, de la laitue, des aubergines, des oignons, des concombres, des poivrons et de nombreuses autres variétés de fruits et légumes, protégés par des rangées de plants de maïs qui servent d’écran contre la poussière et les insectes. 

Les cultures sont irriguées avec un système au goutte-à-goutte alimenté par l’usine de filtration d’eau de l’Hôpital. L’un des aspects rendant ce projet si innovant est l’utilisation d’engrais biologiques. Les résidus solides et liquides de l’élevage local d’une centaine de lapins sont utilisés pour produire un engrais pour les plantes et le compost biologique, un répulsif à insectes. Pour nettoyer les cages des lapins, un désinfectant à base de riz et d’eau est idéal pour éliminer les odeurs. Un mélange d’ail et de piments est un autre moyen d’éloigner les insectes. 

L’autre activité de promotion de l’agriculture durable est la culture de plants d’eucalyptus sur une terre d’environ 40 hectares. L’eucalyptus mature peut servir pour la construction et comme bois de chauffage. Le plant pousse rapidement, d’environ deux mètres par an. Après quatre ou cinq ans, il est prêt pour usage. La durabilité du projet sera garantie par le remplacement des arbres abattus par de nouveaux jeunes plants. 

Une abondance de plantes et d’arbres, situés entre les départements de médecine, les résidences des employés et les bâtiments scolaires, et soigneusement cultivés par le personnel hospitalier, indique aux patients qu’en ce lieu la nature est importante.


L’Hôpital Lacor a adopté diverses solutions pour réduire sa production de déchets et sa consommation de ressources. En voici quelques-unes. 

Fours perfectionnés : Les cuisines de l’Hôpital, où sont préparés les repas des patients et des étudiants, sont équipées de fours fonctionnant au bois perfectionné (sans charbon). Le bois peut garder longtemps la même température, réduisant ainsi la consommation de bois de chauffage. Bien que, dans l’absolu, ce ne soit pas la solution environnementale la plus durable, il s’agit tout de même d’une amélioration notable comparativement aux pratiques les plus répandues en Ouganda, où les feux traditionnels à trois pierres et le charbon comptent parmi les principales causes de déforestation et de pollution de l’air. Selon une estimation de l’Organisation mondiale de la Santé, 1,6 million de personnes meurent chaque année dans le monde à cause de la pollution de l’ air intérieur. 

Récupération de l’eau de pluie : L’eau de pluie collectée sur les toits sert au lavage de la vaisselle et des vêtements. Elle est également utilisée pour les stérilisateurs et dans la buanderie. Pour ces usages, il n’est en effet pas nécessaire d’utiliser l’eau potable des citernes principales, qui nécessitent de l’énergie pour le pompage des puits. La capacité totale des citernes d’eau de pluie est d’ environ 295 000 litres. 

Beaucoup a été accompli pour rendre l’Hôpital plus efficace et durable sur le plan environnemental en tirant parti des ressources disponibles. L’amélioration continue de ces installations demeure prioritaire pour la direction du Lacor. Vous pouvez aider le Lacor en faisant un don au chapitre Infrastructure de Faites partie de l’Histoire.

Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Start typing and press Enter to search

WordPress Lightbox